Detant Nicolas

Detant Nicolas

Biographie

« Mes premiers écrits furent des poèmes, des raps, ainsi que de courtes histoires où, déjà, se faisait sentir un goût prononcé pour l’histoire et la science-fiction.

Quelques années plus tard, j’ouvre mon horizon musical au slam et à l’accompagnement instrumental. Il en est sorti un spectacle amateur intitulé Les Écritures du Commencement. Le groupe était composé de quatre musiciens, dont le compositeur, deux choristes et danseuses. J’y interprétais mes textes en plus de la mise en scène. L’univers était riche, si bien qu’en une heure et demie de spectacle, il nous était impossible d’introduire tous les éléments narratifs.

L’idée de retranscrire le récit en bande dessinée est alors née, à l’été 2011, grâce à ma rencontre avec Joël AUGROS, lors de journées d’informations juridiques sur les métiers artistiques. Joël a ébauché quelques dessins, des portraits et nous avons, dès lors, travaillé ensemble.L’histoire et l’univers s’étoffant de jour en jour, les éléments furent bientôt réunis pour en venir à la création d’une BD.»

nicolas-detant-200x300

nicolas-detant-couv01-200x300

Bibliographie

EC Univers - les Écritures du Commencement : Le mythe de la belle endormie

Dans un futur proche, le monde brûle du feu extrémiste. Nathanaël Davezac et Richard Tobia sont les deux principaux protagonistes. C’est, avec le retour du premier dans sa ville natale de Bordeaux, que démarre le récit. Sa mère, Irène Davezac, personnalité politique appréciée et reconnue pour son intégrité, est décédée la veille. À peine descendu de l’avion, il rencontre Richard, un jeune journaliste surdoué, qu’Irène avait pris sous son aile quelques années plus tôt. Il fait part à Nathan de l’hypothèse d’un assassinat sur la personne d’Irène alors qu’officiellement il s’agit d’un accident. Et pour cause, cette femme déterminée, députée profondément démocrate, sans doute appelée à d’importantes responsabilités, en luttant avec détermination contre la traite des femmes, a fini par avoir comme ennemi la puissante pègre locale.

Construit à la manière d’une série télévisée, ce premier volume plante le décor dans une capitale girondine métamorphosée par un contexte international. Sombre, pour ne pas dire glauque, la Belle Endormie n’est plus une « ville musée », elle est le reflet d’un monde qui touche à sa fin.

http://www.ec-univers.com/

«